Just another blog

Nouveau

Sous le soleil de Cancùn

Mon père nous a fait le plus beau cadeau qui soit: être ensemble, avec mes frères et ma soeur. En plus, sous le soleil de Cancùn ! Ça faisait quand même depuis septembre 2012 qu’on n’avait pas été toute la gang des frères et soeurs réunie…

  
Alors la tribu des Boudreau (#theboudreaubunch), accompagnés du club des conjoints et de bébé Florence sont partis à la découverte de Cancùn.

Entre les essayages de chapeaux …

  
…  les exercices de beauté …

  
… et la mer immense et chaude …

  
On a eu un fun incroyable dans l’autobus à jouer à trivia crack (version réelle, pas sur l’app là!) avec des pauses musique, sous la direction musicale de Nicolas Arseneau.

  
De belles retrouvailles sur fonds de plage, de piscine, de ruines maya, de tortues, de cenotes et de tacos.

Bref, un gros bonheur simple, celui d’être ensemble.

P.S. Je me suis acheté un selfie stick … OMG so hilarious! 

Publicités

Parce que j’adore le financement participatif

Mon séjour dans le Nord du Canada (le fameux Canada anglais) m’a appris les avantages du financement privé pour une organisation et pour la communauté. Bien que le financement public ait aussi son lot d’avantages, il est intéressant de jongler avec les deux façons de faire.

Parce qu’il m’est difficile de faire du bénévolat pour le moment, mais puisque je suis très sensible à l’importance d’être engagée dans le milieu, j’ai décidé de m’impliquer financièrement, de faire des dons.

Il existe une tonne de projets et une multitude de plateformes de financement participatif, mais voici 3 projets/organisations qui existent aux Iles:

Ce n’est évidemment pas exhaustif des besoins aux Iles. Que l’on parle de la Fondation de l’Archipel, des campagnes de levée de fonds pour les jeunes, d’Opération Enfant Soleil, etc. il existe de nombreuses causes qui peuvent bénéficier de vos contributions, si petites soient-elles.

L’intérêt des plateformes en ligne de financement participatif réside entres autres dans le fait qu’il peut facilement rejoindre des gens qui sont éparpillés partout dans le monde.

Allez vous informer sur haricot.ca, kickstarter.com, indiegogo.com, etc. !

Choc culturel – le retour

J’ai vécu plusieurs chocs culturels. Les plus forts:

  • Lors de ma première immersion à Corona en Californie. J’avais pris au moins 30 livres. Mais j’avais aussi appris l’anglais. Au moins.
  • Quand je suis partie étudier à Paris, en France. Bien que la langue soit la même, la Ville, l’élitisme de mon École, le côté chiant, le trop de touristes dans les lieux publics (Versailles, les musées, même au cimetière Père-Lachaise) m’ont un peu tapé sur les nerds.
  • Quand je suis partie en mission commerciale en Inde. Choc total. Les gens qui dorment sur le bord des routes. Cordés, par centaines. Un homme mort, face contre terre en pleine rue et les gens qui n’arrêtent pas. Un énorme choc indien qui a fait paraître l’Amérique latine (vers laquelle je suis repartie quelques semaines plus tard) comme un petit-mini-choc de rien.

Vous comprenez donc que je ne m’attendais pas à un choc canadien, qui plus est un choc de retour à mes racines.

Mais imaginez-vous donc que oui, j’ai le choc du retour aux Iles. Le choc des idées, le choc du rythme, le choc de la disponibilité des produits sans lait et sans œuf, le choc de la mentalité, le choc du revenu, le choc du papier, le choc de l’hiver moins stable qu’à Yellowknife…

Même si j’ai étudié ces chocs, même si je connais ces lieux, le choc arrive. Il talonne. Il s’immisce dans des situations où je ne l’avais pas vu venir. Il m’interpelle, me force à me questionner. Il est tenace en plus et il se bat contre ma logique.

Le choc du retour, parfois le plus fort pour certaines personnes, qui nous fait réaliser qu’on ne peut pas tout avoir: le soleil de minuit, les aurores, la ville, la frénésie, les Starbucks, la tour Eiffel, l’accès aux choses et aux gens, la tranquillité des petits endroits, la beauté des Iles… (bref le beurre, l’argent du beurre et le cul de la laitière).

Étrangement

Les Iles provoquent en moi deux choses:

  • la fierté et le bonheur d’y être
  • l’envie insatiable de découvrir le monde et de voyager

On dira que c’est diamétralement opposé. Et ça l’est. Mais l’élastique qui m’attache aux Iles est infiniment extensible…

C’est un peu comme si l’insularité était mon état d’âme constant, mais qu’il m’obligeait à tester les limites de l’horizon.

En attendant l’été (et mon amoureux)…

IMG_20150816_203603

 

Baby I’m home !

Je me suis ennuyée. Intensément. Mais ce n’est qu’en me promenant à travers l’Archipel dans les quelques dernières semaines que ça m’a frappé.

Peut-être est-ce les relents d’hormones de nouvelle maman. N’empêche que je me sens tellement privilégiée à chaque fois que je vois ces sublimes paysages. Et dire que c’est maintenant « chez moi ».

Ça me pogne, vraiment, en dedans. C’est juste tellement beau.

IMG_20160102_130800_edit

Les pied-de-vents. Cette lumière qui perce les nuages. WOW! J’avais comme oublié comment c’était majestueux.

Les Iles l’hiver. Ralenties par la saison. Mais incroyablement belles. C’est calme, mais les vagues sont déchaînées. C’est tranquille, mais avec un vent toujours surprenant. Un paradoxe qui ne manque pas de m’émouvoir. Comme si, enfin, je me sentais vraiment à la maison, dans tout ce bouillonnement d’émotions saisonnières.

IMG_20151205_102122

Un vrai retour aux racines. Celui où tu mange des lobster rolls avec la dinde pour le lunch de Noël…

IMG_20151219_123704

Et pour tous ceux que je n’ai pas encore croisé à l’épicerie ou à la pharmacie: Oui, je suis bien contente d’être revenue.

Un nouveau projet

27 juin 2014

Ben voilà, j’ai un nouveau projet. Un beau mini projet. En fait, NOUS avons un projet.  « We’re pregnant » comme diraient certains.

Bien que je trouve cette expression complètement ridicule, je comprends l’idée derrière. Et je trouve ça ben cute.

***

Vous comprendrez que j’écris ces billets… mais que je ne les publierai que plus tard. Le temps que la petite crevette soit … plus safe, mettons.

Entre temps, je vomis, je feel pas, je suis nauséeuse, je dors tout le temps et je suis supra gonflée. Et dire que je me fiais sur le fait que ma mère a eu de supers belles grossesses… haha !

***

Alors, puisque les thèmes de ce blog se rapportent à l’aventure, à mes aventures, je ne pouvais m’empêcher d’écrire sur cette grande-incroyable-stressante-merveilleuse-effrayante-fantastique aventure que celle de devenir maman…

Entre les chroniques d’une mère indigne et les milliers de lettres de maman ébahie, trop heureuse, écœurée, prise dans du sexisme, déchirée, paniquée, épanouie, etc., j’essaierai de naviguer sur les mots, les maux et les joies indéfinissables de ce court moment.

N’hésitez pas à m’arrêter, me questionner, me dire que j’ai pas d’allure, que j’en allume trop.

Et je vous laisse sur un petit vidéo qui m’a fait beaucoup réfléchir sur la façon qu’on éduque les filles…

Fashion aux Tuileries

Paris, ville de la mode.

Je suis allée errer aux Tuileries. Question d’immortaliser quelques Français sur leur 36.

Bohèmes

Image

Et les hommes sont si charmants

Image

Le jaune

Image

Le matelassé

Image

Le style de rue.

Image

Franco

Image

Fleuries

Image

Rouge vin

Image

Classique trench

Image

Et un petit selfie

Image

Le Paris des amoureux

Parce qu’une photo vaut milles mots

Amoureux

Amoureux 2

Amoureux 3

Amoureux 4

Amoureux 5

 

Un weekend à Paris

Quelques jours dans la Ville Lumière…

Les serveurs, toujours chics

Les serveurs

Petit arrêt devant La Madeleine et le parquet de fleurs

La Madeleine

Ladurée… ou Pierre Hermé?

Ladurée

Arc de Triomphe

Arc de Triomphe

La Tour Eiffel qui pointe son nez

Tour Eiffel

Et moi qui joue la touriste

La Tour Eiffel

C’est bondé le dimanche aux Tuileries

Les Tuileries

Une promenade au Musée d’Orsay

Musée d'Orsay

Au Musée: vue imprenable sur Paris, Montmartre se dessine au loin

Vue de Paris

Le fameux pont… et les cadenas

Le pont

Et on finit ça avec un concert improvisé, Opéra Garnier

Opéra

Citation

« Il n’y a pas …

« Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour. » – Pierre Reverdy

Et quelle belle occasion pour le prouver que la St-Valentin.

Un immense bouquet de fleurs livré au travail. De belles roses qui résistent au froid, à la sécheresse de l’hiver ténois…

Comme quoi on se réchauffe au coeur de l`hiver boréal.